dans banksterland

Fin de cavale pour le Thomas Crown allemand

Florian Homm,ex-repreneur du Borussia Dortmund, avait quitté une vie de «châteaux et de bimbos» après une retentissante faillite. Accusé de fraude, sa tête mise à prix, il vient d’être coffré en Italie. La justice suisse le soupçonne d’avoir caché 200 millions de francs, via la Suisse.

Florian Homm, dans le jardin de sa villa de Majorque en 2007 (photo NYT)

Florian Homm, dans le jardin de sa villa de Majorque en 2007 (photo NYT)

La presse le surnommait «le Thomas Crown allemand». Jusqu’à sa chute il y a dix jours, Florian Homm est resté fidèle à son propre mythe. Après cinq longues années, la cavale de ce gérant de hedge fund déchu s’est terminée le vendredi 8 mars à 12h30 quand des officiers de la police italienne lui ont passé les menottes en pleine galerie des Offices à Florence. Les autorités américaines avaient déposé une plainte pénale contre lui deux jours plus tôt devant une Cour de Los Angeles, l’accusant d’avoir orchestré une faillite frauduleuse portant sur 200 millions de dollars.

Ex-banquier et homme d’affaires excentrique, Florian Homm était devenu une célébrité en Allemagne en reprenant le club de foot Borussia Dortmund en 2004. Son vrai business, c’était les hedge funds. En 2007, son fonds Absolute Capital Management Holdings (ACM), basé aux îles Caïmans, générait près de 3 milliards de dollars d’actifs, principalement pour le compte d’autres fonds établis dans les mêmes îles.

La vie de Florian Homm a basculé dans la nuit du 18 septembre 2007. Citant de «graves divergences de vues» avec le management d’ACM, évoquant des «menaces», l’Allemand prend la fuite, laissant derrière lui clients et associés avec un vaste portefeuille de produits invendables et des pertes par millions.

Florian Homm a raconté cette cavale dans son autobiographie, «Rogue Trader», parue en novembre dernier en Allemagne. Selon ce récit, cette nuit-là, Florian Homm quitte sa résidence de Palma de Majorque pour rejoindre le Pilatus PC-12 qui le ferait disparaître, via Valence, vers Panama et la Colombie. Dans ses poches, un vrai faux passeport diplomatique du Liberia et beaucoup de liquide: «J’ai passé la nuit à cacher 1,2   million de francs suisses, d’euros et de dollars dans des valises, dans une boîte à cigares et dans mes sous-vêtements», détaille-t-il dans son livre. Dans le Pilatus qui l’emporte vers une autre vie, Florian Homm se remémore les mots d’André Gide: «On ne découvre pas de terre nouvelle sans consentir à perdre de vue, d’abord et longtemps, tout rivage. » «Pour survivre, je rompais tous les liens avec mon existence passée: mes clients, mes amis, mes bimbos, mes chiens et mes enfants. J’annihilais du coup ma vaste fortune. »

Belle histoire. Mais Florian Homm a-t-il vraiment «annihilé sa vaste fortune» en s’envolant vers une seconde vie en 2007? Beaucoup en doutent. A commencer par le Ministère public de la Confédération. Le Parquet a confirmé vendredi au «Matin Dimanche» l’existence d’une instruction, ouverte en 2010, contre Florian Homm «ainsi qu’une deuxième personne» pour soupçons de blanchiment d’argent, d’escroquerie et de faux dans les titres. La seconde personne impliquée est un intermédiaire financier suisse.

Au cours de la procédure, le MPC a estimé «les valeurs patrimoniales déposées en Suisse» par Florian Homm et «présumées provenir des activités criminelles de ce dernier à 200 millions de francs». Du temps de sa splendeur, entre juillet 2003 et septembre 2007, le gérant d’ACM aurait accumulé 27 millions de dollars, 7   millions d’euros et 10   millions de livres sur des comptes suisses ainsi que des titres pour 68 millions de livres. Le tout, selon le MPC, «en provenance de sources identifiées comme suspectes à la lecture de la plainte» des autorités américaines. Selon cette dernière, une part des fonds aurait transité par la banque SCS Alliance à Genève, aujourd’hui Compagnie Bancaire Helvétique.

Que reste-il du trésor de Florian Homm? La justice suisse n’est pas la seule à se poser la question. En mai 2012, un détective privé allemand se filmait sur YouTube et promettait une récompense de 1,5 million d’euros, l’argent posé devant lui, à quiconque fournirait des informations permettant de localiser le fuyard avant les autorités. L’ex-millionnaire se dit quant à lui sans le sou. Selon un de ses proches, l’argent déposé à Genève aurait été englouti «depuis longtemps» par des «investissements malheureux» de l’intermédiaire suisse placé sous enquête par le MPS.

Un des avocats de Florian Homm n’a pas souhaité répondre à nos questions vendredi. L’Allemand devrait être bientôt extradé aux Etats-Unis. Il risque jusqu’à 75 ans de prison.

Ecrire un Commentaire

Commenter